30 000 exemplaires : c’est déjà un best-seller ! Imaginé par deux consultants en management – pardon en « néomanagement » – l’ouvrage se propose de battre en brèche la grande utopie de la communication conviviale des plateaux des années 1980-1990. Les saynètes sont hilarantes et les anecdotes cruelles. Les histoires cocasses de ces zoos permanents permettent aux deux iconoclastes, habiles à traquer les idées reçues en matière de management, de dresser une comédie humaine propre à régaler les spécialistes du re-engineering et de l’organisation et, last but not least, les managers un peu trop sûrs d’eux.

« L’open space m’a tuer », Alexandre des Isnards et Thomas Zuber, Hachette Littératures, 213 pages.