Non classés

Au sommaire de la Lettre du 29 juin 2009

publié le

Editorial : Présentation PowerPoint : Point trop n’en faut par Philippe Leclerc

Training Box : Trois secondes pour construire un pont de communication par Christine Carstensen et David Page (vidéo de 2 minutes)

Dossier Com’ Pratique : Trouver sa « voix », l’enjeu du coaching vocal

Un temps d’avance : Virtuel ou réel

Du côté de chez eux : Savoir gérer son temps

BenchBlog : Harvard essaime son savoir en ligne

News :

Mots-clefs : , ,

Présentation Powerpoint : point trop n’en faut…

publié le

edito 300x92 Présentation Powerpoint : point trop n’en faut… articles

Vous l’avez sans doute vécu. C’est le rite managérial à la mode que celui de la présentation PowerPoint. Vous savez, cette longue litanie digne d’une inauguration de sous-préfecture. Les intervenants sont généralement de dos car ils passent leur temps à parler à l’écran. Ils ânonnent des slogans sans y croire. Souvent, ils cherchent désespérément des synonymes de « vision stratégique » car, hélas, sur le fond vert pâle figure déjà, sur la même page, en caractères quasi-microscopiques, quatre fois le mot « stratégique ». Soyez honnêtes : vous avez satisfait, une fois au moins, à ce roboratif cérémonial. Posez-vous maintenant la question équivalente au montant de votre prochain contrat : quel rôle doit-on réellement accorder aux présentations PowerPoint ?

Première réponse (la mauvaise) : « ce support est génial et je vais en mettre plein la vue ! » La technologie, ça vous connaît. La rédaction aussi. L’affaire est entendue :  relisez Proust et concoctez-nous de belles phrases avec sujet, verbe, adverbe et conjonction de coordination. Truffez vos 7 paragraphes (par slide) d’une animation à faire pâlir « Johnny To » en faisant jaillir une photo de votre produit d’une spirale tournoyante qui s’ouvre avec effet « volets coulissants » et qui éclate en une pluie d’étoiles filantes. Ça va péter. Utilisez la technique dans toutes ses ressources, enregistrez votre voix dans l’ordinateur, sous la forme d’une lecture mot à mot, bien synchronisée avec l’apparition de votre jolie prose fuchsia sur fond bigarré. Éteignez la lumière, lancez votre PPS et, disparaissez.

Disparaissez… car vous venez de perdre vos clients, prospects, partenaires ou collaborateurs. C’est selon.

- Deuxième réponse (la bonne) : Si, au contraire, vous partagez l’analyse selon laquelle un slide doit contenir, pour être pleinement efficace, tout au plus 8 mots pour un thème et une seule illustration. Que leur fonction est de susciter la curiosité d’un public qui soit suspendu à votre voix, alors vous avez une chance. Une forte chance d’entrer dans le club des gens que l’on a envie d’inviter à nouveau en réunion. Que l’on brûle de présenter à son big boss.

Il est grand temps d’oublier les interventions ronflantes précédées d’excuses « c’est-un-document-pas lisible-mais-je-vous-le-présente-quand-même-car-il-vous-donnera-une-idée-précise-de….. »

Les slides sont tout sauf les antisèches d’un orateur. La conviction c’est vous qui la donnez pas les slides….Appelez-les comme vous voulez : Teasing, rappels, accroches, base-line. Souvenez-vous qu’elles sont juste un moyen de compléter vos propos et ceci d’une voix que l’on saura varier moduler, scander, arrêter, relancer…..

De voix, il est en largement question dans la lettre du Media Acting© de juin, car si elle demeure notre atout majeur, encore faut-il savoir l’exploiter avec intelligence et discernement.

Philippe Leclerc

Harvard Business School essaime son savoir en ligne

publié le

bench blog 1 Harvard Business School essaime son savoir en ligne articles

C’est probablement l’un des sites les plus riches en contenus théoriques dans le domaine du management et de la stratégie entrepreneuriale. HBS Working Knowledge rassemble des centaines d’articles classés par thématiques (économie, finance, mondialisation, leadership, et management, marketing et organisation) ou par secteurs économiques, lieux géographiques, état de la recherche, facultés ou papiers les plus populaires.

Le leadership et le management, domaine pour lequel LMA exerce une veille attentive, s’avère une ressource passionnante pourvu que l’on puisse lire ou entendre la langue de Shakespeare. Toutes les thématiques sont explorées de manière extrêmement fouillée : communication, style de management, motivation, fondement de la négociation, influence & pouvoir, dynamique du changement… Lire la suite

Virtuel ou réel

publié le

untempsdavance cisco1 Virtuel ou réel articles Que diriez-vous de converser avec votre partenaire californien en le voyant assis à votre table de réunion ? C’est la solution proposée par Cisco, dans sa nouvelle salle de visioconférence, aménagée en salle de réunion présentielle. Pour pallier l’éloignement qui nuit à la qualité des échanges lors des sessions de téléconférences, l’opérateur de voix sur IP a imaginé une ergonomie proche de celle d’un meeting classique, en disposant, dans sa salle de « téléprésence » des écrans LCD à hauteur d’homme, autour d’une table de réunion. Résultat : l’interlocuteur distant vous fait face, grandeur nature, dans un décor à s’y méprendre. Pour un peu, on lui serrerait la main. Un résultat surprenant de réalisme au service de la rapidité… et de la réduction de l’émission des gaz carbonés.

Consultez la vidéo de présentation de Téléprésence

Trois seconde pour construire un pont de communication

publié le

L’art de serrer la main, c’est :

  • Avant tout la fermeté : une pression lente mais ferme, pas trop forte, qui n’écrase pas les doigts mais fait comprendre que vous êtes capable d’imprimer une influence sur les choses que vous touchez, et ce, quel que soit votre sexe.
  • La durée, ensuite : une poignée de main, pour qu’elle établisse un contact réel entre deux personnes doit se maintenir pendant 2 à 3 secondes.
  • L’accompagnement, enfin : le geste – comme l’illustre notre vidéo – le sourire et un regard soutenu sont les garants de la détermination, de la sincérité et de l’acceptation de l’autre.

Le coaching vocal en pratique

publié le

Tous les articles du dossier :

Savoir gérer son temps

publié le

Décalage horaire, préparation insuffisante, mauvais interlocuteur : près de la moitié des déplacements professionnels se révèlent décevants, voire contre-productifs, ne serait-ce que sur le plan de la fatigue personnelle qu’ils occasionnent. Pour en réduire les effets néfastes, on oublie souvent qu’un déplacement doit être compensé par une bonne gestion du voyage d’une part, et que l’on doit passer deux à trois fois plus de temps, en amont, à préparer le planning de ses réunions. Enfin, une fois sur place, il faut savoir se caler sur le tempo du pays d’accueil. Et là, les surprises commencent. Car on a tendance à oublier que toutes les cultures n’ont pas le même rythme. Petit tour d’horizon qui va vous faire gagner beaucoup de temps.

Par Marion Dufour Lahore

Le coaching vocal en pratique

publié le

Travailler sur sa voix n’est pas anodin. La plupart d’entre nous appréhendent ce moment où l’on pénètre une certaine intimité. Ricardo de Aliaga, chanteur classique, brosse les enjeux du coaching et nous initie à notre première leçon de placement vocal.

Trois questions à Ricardo de Aliaga

1) Quelles sont les principales difficultés que rencontrent les managers que vous accompagnez ?

Retrouver le naturel d’une voix que l’on a perdu, soit parce qu’on a usé sa voix à mauvais escient, soit parce que l’on ne sait plus respirer, soit enfin en raison d’un choc. L’autre difficulté est la composante psychologique : Travailler sur la séduction de sa voix, véhicule des émotions, c’est s’aventurer dans un domaine que certains jugent intime.

2) Qu’est ce qui peut être amélioré facilement ?

Tout. Mais le plus important, c’est de trouver son registre vocal, la tonalité juste. Dans le chant, le placement se travaille très bien. C’est plus complexe pour la voix parlée. Certaines voix d’hommes sont trop haut perché, certaines voix de femmes trop basses. L’articulation, la diction peuvent aussi être améliorées. Ainsi que la rythmique de l’élocution. C’est essentiel pour apprendre à incarner son discours.

3) Choisissez-vous des techniques de coaching différentes en fonction de l’objectif souhaité ?

Bien sûr ! Sauf pour la respiration dont les techniques sont éprouvées. Sinon, les exercices qui permettent de placer et de projeter sa voix sont adaptés à chaque individu, après un long dialogue avec la personne coachée. C’est à eux de prendre conscience de ce qui les désavantage.

Ecoutez l’exercice proposé par Ricardo de Aliaga :

Le coaching vocal en pratique by personnalité

ArcelorMittal TV

publié le

« Transforming Tomorrow, saison 2 ». Tel est l’intitulé de la nouvelle version de la webTV que le groupe  Arcelor Mittal a mis en ligne pour informer actionnaires, partenaires et futurs collaborateurs sur ses métiers et l’évolution du groupe sidérurgique. Credo : comprendre les l’implications des activités du groupe dans les villes où il est implanté. « We get to know the stories and the people behind the world’s leader of the steel », annonce la WebTV corporate. Les moyens de réalisations sont de qualité broadcast et les reportages et interviews, in situ apportent une réelle valeur ajoutée. Le tout est monté avec talent et diffusé sur une page à l’ergonomie limpide.

Cet exemple de communication interactive réussie doit inspirer les grands patrons français, surtout après la parution, dans le Financial Times du classement des sites internet des plus grands groupes, réalisé par le cabinet Bowen Craggs. La société de conseil britannique, qui publie son « corporate website effectiveness index » (classement corporate de l’efficience interactive) pour la troisième année consécutive, rend compte de la mue progressive des sites corporate. Si les grandes firmes américaines semblent désireuses de passer de la simple brochure en ligne à la production d’une véritable chaîne d’informations, voire à la mise en place de réseaux sociaux d’entreprise, on déplore que les groupes français brillent par leur absence dans cette démarche. Aussi ne figurent-ils que dans le bas du classement.

Quant aux vidéos présentées en ligne par le premier groupe tricolore, elles ne semblent pas avoir été réalisées avec des moyens considérables. Force est de constater que c’est avec les produits grands publics que les Français se taillent encore la part du lion sur le web, dans le secteur du luxe, de l’alimentation et des cosmétiques. Gageons que la crise est responsable du ralentissement des budgets en matière de communication corporate. A cet égard, Bowen Craggs souligne le rôle moteur des dirigeants eux-mêmes, le plus souvent à l’origine des chantiers de transformation de la communication interactive.