Selon une étude publiée par l’Insee (juillet 2015), les femmes sont largement minoritaires parmi les dirigeants d’entreprises et les indépendants, elles ne représentent qu’un tiers et gagnent beaucoup moins que leurs homologues masculins.

La présence de femmes dirigeantes diminue à mesure que la taille de l’entreprise augmente

Les femmes dirigeantes ne représentent que 40 % des autoentrepreneurs et 37 % des entrepreneurs individuels « classiques ». En revanche, elles sont sous-représentées parmi les dirigeants de sociétés à responsabilité limitée (25 %) et encore plus minoritaires parmi les dirigeants de sociétés hors SARL  (17 %). La part des femmes dirigeantes d’entreprises diminue à mesure que la taille de l’entreprise augmente, elles représentent  28 % de ceux dont les entreprises comptent de 2 à 4 personnes, 16 % dans les entreprises de 20 à 49 personnes et 14 % dans les entreprises de 50 personnes ou plus.

Plus présentes dans les services aux particuliers et dans la santé

Les femmes sont davantage représentées dans les services aux particuliers et dans la santé (55 % des indépendants et dirigeants salariés d’entreprises sont des femmes). Les hommes sont, quant à eux, surreprésentés dans la construction, l’industrie et les transports. Par ailleurs, elles sont plus jeunes que leurs homologues masculins, elles ont en moyenne  44,6 ans, contre 46,2 ans pour les hommes.

Un salaire nettement moins élevé

Les femmes indépendantes ou dirigeantes d’entreprises gagnent 31 % de moins que les hommes, avec un revenu d’activité mensuel s’établissant en 2012 à 2 020 euros, contre 2 915 euros pour les hommes.  Ces différences de rémunération se justifient, d’après l’Insee, par un nombre d’heures travaillées moins important sur l’année, par le fait qu’elles soient un  peu plus jeunes que les hommes (moins d’ancienneté), et par le statut juridique et la taille des entreprises.

Source : Thomas Morin, Émilie Pénicaud, division études sociales, Insee (juillet 2015).

Par Vincent Soulier