Articles

Les trois dimensions de l’art de convaincre

publié le

Image2 Les trois dimensions de l’art de convaincre  articles

Pourquoi certains individus sont-ils capables de retenir l’attention, de susciter l’intérêt, voire de convaincre lors d’une prise de parole en public ? En ce qui suit, Aristote nous propose quelques pistes de réponses.

Les nombreux travaux qui ont abordé  la notion de rhétorique – qui peut être définie comme l’art de persuader par le langage - mettent en avant les  dimensions de logosethos et pathos pour comprendre la logique sous-jacente de l’art de convaincre.

Pour persuader, l’orateur doit ainsi composer avec les dimensions suivantes :

1. Le logos ou le fond du message

Le logos est le pôle de la logique du discours, toujours du point de vue de l’auditoire. Le logos définit les arguments susceptibles d’être reconnus comme valides (pertinents) par la cible.

2. L’ethos ou la forme du messager

L’ethos constitue la forme du messager : sa réputation, sa personnalité, en somme, l’image qu’il donne à avoir aux autres. Il s’agit pour l’orateur de développer son capital sympathie en se présentant sous un éclairage favorable. Il doit gagner en crédibilité,  en confiance, et ainsi faire  »bonne impression ».

3. Le pathos ou la forme émotionnelle du message

Le pathos constitue le pôle de l’argumentation par l’affecte. Un argument relève du pathos lorsqu’il cherche à créer des émotions ou un lien émotionnel avec le public.

Au final, la réussite d’une prise de parole en public dépend de l’articulation entre ces trois dimensions de la persuasion :logosethos et pathos. Comme démontré dans la vidéo ci-dessous le logos (ou le fond de la pensée)  ne peut – à lui seul- retenir l’attention et ainsi convaincre. Ce sont les autres dimensions : ethos et pathos en l’occurence, qui permettent de séduire et confèrer aux propos force et conviction.

Par Laurent Philibert

Photo Laurent 150x150 Les trois dimensions de l’art de convaincre  articles