Selon une étude menée par Deloitte et Cadremploi (avril 2015), la reconnaissance arrive en tête des facteurs qui concourent à la création d’une bonne qualité de vie au travail, alors que la surcharge de travail est identifiée comme principale source de stress.

Le cabinet Deloitte en partenariat avec Cadremploi a mené une étude auprès de 1800 salariés (tous secteurs d’activités confondus) pour dresser un panorama de la qualité de vie au travail des salariés français.

La reconnaissance a un fort impact sur la qualité de vie au travail

La reconnaissance est considérée comme le principal facteur qui concoure à la création d’une bonne qualité de vie au travail (76 % des salariés interrogés l’affirment), devant le contenu du travail (47%), le mode de management (46%) et l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle (46%).

Les non cadres sont plus attentifs à l’ambiance au travail et à la reconnaissance de leur hiérarchie (ils sont 10% de plus par rapport aux cadres). Les cadres et les cadres dirigeants sont en revanche plus attentifs à l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle.

Un niveau de stress élevé

L’étude montre, par ailleurs, que la qualité de vie au travail est jugé plutôt moyenne, les questionnés lui ont attribué la note de (4,8/10) et 60% d’entre eux se déclarent insatisfaits de l’équilibre qu’ils ont entre vie professionnelle et vie personnelle.

Sept salariés sur dix se disent également stressés. 57 % d’entre eux pointent du doigt la surcharge de travail comme principale source de stress, suivi par le déséquilibre entre objectifs attendus et moyens consentis (42%), l’absence de reconnaissance et de solidarité des managers et des collègues (32%) ainsi que le  manque de repères dû à l’imprécision des responsabilités et des rôles de chacun (31%).

Ci-dessous l’intégralité de l’étude de Deloitte et Cadremploi

Par Wassim Mimeche