Aa Aa
Nos formations Nous contacter
Chronique de Personnalité : « Le brio »  ou le mythe du français
Articles , Décryptages    25 / 01 / 2018    0 commentaire

Chronique de Personnalité : « Le brio » ou le mythe du français

Neïla Sala, une jeune fille de Créteil mal dégrossie élève de première année de fac de droit, animée par le seul désir de devenir avocate va se heurter de plein fouet dès le premier jour, à une  bête de scène : un prof à la verve précise et provocatrice. Pierre Mazard, professeur charismatique tout droit sorti du XVIIème siècle mêlant élégamment anarchisme de droite et haute fonction publique. Après une dernière provocation mettant à mal la réputation même de l’institution il n’aura d’autre choix, pour sauver son poste, que de se plier à la demande du doyen de la faculté et ainsi faire de sa bouc émissaire une championne des prétoires en la préparant au concours national d’éloquence. La rencontre des deux mondes est explosive, tumultueuse, mais de ce Big Bang  va naître une relation complexe et profonde.

Ce film, au-delà d’être une version universitaire de « million dollar baby » très réussie, alimente à son tour un vieux mythe français aussi lyrique que destructeur. Celui  qui, dans un paradoxe criminel, ne réserve la parole qu’aux acrobates de la plume. Ce mythe qui fait de nous des dévots du discours ciselé, du mot juste, de la formule chic, de la référence illustre, de la rime riche. Si par-dessus le marché, le tout est collé par le caramel syntaxique d’une pièce montée dégoulinante de cynisme et de suffisance, on touche alors au divin.

Le mythe des mots comme des coups de poings ! Des paragraphes comme de la mitraille ! L’art oratoire devient ici celui de la guerre, la « guerre  des trachées » où sous le feu nourri nous n’écoutons plus que pour mieux répliquer. Tenir la dragée haute par crainte de ne pas être le dernier à la cracher. On ouvre grand son clapet pour mieux clouer le bec du locuteur d’à côté. La joute oratoire, le pingpong verbal. Des mots, encore des mots, toujours des mots mais jamais de souffle et encore moins de chaire. Parler sans être inspiré, prétendre sans incarner, dire sans vivre, ne se payer que de mots, des mètres et des mètres de mots, des tricots de mots à la maille étroite couvrant la peau, étreignant le corps comme un gigot.

Encore une fois le mythe français n’éclaire l’art oratoire qu’à la lueur des lettres, des belles lettres, en oubliant l’être, ce pauvre bougre censé les porter tel le galérien d’un héritage littéraire trop lourd pour ses épaules meurtries, pour ses mandibules engourdies. Faut-il parler comme on écrit, pour trouver grâce aux oreilles de nos audiences critiques ? Faudrait-il réciter ou déclamer sans hésiter ni tergiverser pour avoir le droit d’être écouté?

Voilà des injonctions qui créent des bataillons de timides, des légions muettes rougissant au premier projecteur braqué. La parole devient l’apanage des intellectuels et des puissants ne laissant que le silence aux damnés. Des quidams délégitimés par leur grammaire boiteuse et leurs références douteuses. La sensation est là, l’idée pas très loin non-plus mais les mots se mélangent, se marchent dessus, ou tout simplement ne viennent pas. Pour tous ces bredouilleurs, ces bafouilleurs, je voudrais  redonner leurs lettres de noblesses au mime, à l’expression corporelle, à l’incarnation, au geste, et rappeler que la pensée est née de l’articulation de mimèmes et que le mot n’en est que la sophistication ultime, que sa traduction sonore. A vous les bégayeurs, si vous désirez vous exprimer mettez-vous en mouvement, montrez-moi, et les mots viendront comme une précision de vos gestes, le verbe retrouvera son rang celui de l’aboutissement et non de l’origine. La parole est un acte avant tout physique, sensoriel et si vous ne voulez plus être privé de mots remettez les à leur place c’est-à-dire au bout de vos bras, sur le bout de vos doigts dans les plis de vos grimaces.

Ne portez plus la parole soyez la parole!

Laurent Philibert, Directeur Pédagogique de Personnalité

Source Image : https://www.youtube.com/watch?v=0BufXB1AUfM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *