Articles

Dîner en ville, mission impossible ?

publié le

Fotolia 2125958 XS 213x300 Dîner en ville, mission impossible ? articles

En terra incognita, nous sommes déjà suffisamment désorientés par les langues et déboussolés par le décalage horaire pour, en plus, devoir subir l’épreuve de la table. Or, c’est souvent devant l’assiette que se révèle, parfois de manière incongrue, une impréparation qui risque de passer pour un manque de curiosité voire un manque de savoir-vivre. « À l’étranger, une invitation à dîner ne doit pas être un stress, explique Marion Dufour-Lahore, international fashion consultant, qui rappelle quelques conseils d’organisation et de comportement qui éviteront les déconvenues.

1) Être sensible aux efforts de nos hôtes pour nous recevoir et savoir anticiper les coutumes locales sera bien perçu : se renseigner sur les codes vestimentaire ou les usages en termes d’horaires pour être prêt dans la foulée d’une journée de travail ou tardivement ; savoir réagir avec simplicité et politesse lorsqu’il s’agit de remplacer une paire de baguette par une fourchette, ou bien de demander la manière dont on déguste les becs de canard ou toute autre étrangeté gastronomique locale. Faire part de son ignorance sur les usages est loin d’être une honte, au contraire : cela donne l’opportunité de partager une culture tout en montrant son intérêt.

2) À table, il ne faut pas se sentir obliger de parler business. Le repas est aussi un moment privilégié pour apprendre à se connaître et consolider les relations d’affaires par une découverte plus intime de la vie des partenaires et poser des questions sur l’environnement économique. De même, il n’est pas obligatoire de prolonger chaque journée de notre séjour à l’étranger par un dîner en ville. Dans ce contexte, annoncer une fatigue et le choix de faire une soirée « room-service » ne sera pas une insulte.

3) Se mettre à la place de personnes que nous recevons permet d’éviter les impairs. Nos partenaires n’apprécient pas forcément une invitation dans une brasserie bruyante, certes typique mais éloignée de leur environnement culinaire. Ces derniers seront sans doute plus à l’aise dans un restaurant calme, servant une gastronomie différente pour eux mais moins dépaysante.

Plus sur le sujet ? Le dîner, forme de travail ou récréation ?

Par Marion Dufour-Lahore

Accéder au sommaire de la Lettre