Article paru dans les Echos : https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-185046-leadership-7-raisons-de-sinspirer-du-football-2192440.php

L’imaginaire du sport incarne un ensemble de valeurs (Ehrenberg, 1991) telles que le dépassement de soi, la volonté, le fair-play, le courage, l’abnégation, la joie dans l’effort, la responsabilité, la compétition. Des attributs dont on pare le sport et dont cherchent à se doter les grandes entreprises. De même, la recherche de la performance, de rigueur, l’excellence, la prise de risque, l’action en environnement concurrentiel constituent des éléments qui caractérisent à la fois le monde du sport et celui de l’entreprise. De bien des façons, le sport à haut niveau et plus particulièrement le football propose des sources d’inspiration pour améliorer l’action managériale.

En voici sept, inspirées par la Coupe du Monde qui s’est tenue en Russie et qui s’achève en apothéose pour l’Equipe de France qui vient d’ajouter une deuxième étoile à son maillot.

Leadership et Football

  1. Une préparation rigoureuse qui vise le dépassement

Anima sana in corpore sano – Un esprit sain dans un corps sain. Il eut été étonnant de ne pas commencer par cette citation de Juvénal. La préparation physique en effet est la condition nécessaire d’un championnat réussi. De ce point de vue, chaque entraîneur a ses stratégies. Didier Deschamps et son staff par exemple ont exposé la leur. Pour eux, la préparation physique avait pour perspective de faire monter les Bleus en puissance à partir des huitièmes de finale. Une stratégie qui s’est avérée payante : « la forme physique est là et les corps tiennent les chocs » soulignait l’Equipe ce jeudi 12 juillet dans sa version papier.

De même, diriger une entreprise demande une grande capacité de travail, de résistance, et beaucoup d’énergie ! Beaucoup de leaders adoptent des habitudes alimentaires et un mode de vie pour conserver la forme. Une hygiène de vie dans laquelle le sport a un rôle particulier. Il est en effet indispensable pour incarner des messages et prétendre pouvoir porter des foules. La discipline sportive leur permet de se maintenir en forme physiquement, d’avoir une bonne gestion de leur énergie mais aussi de rester en éveil intellectuellement.

  1. Une bonne gestion mentale de l’évènement

Tout aussi indispensable que la préparation physique, la préparation mentale est un des ingrédients de la réussite des sportifs de haut niveau. Elle consiste à mettre le joueur dans les meilleures dispositions psychologiques avant d’aborder un évènement. Pour les Bleus toujours, il leur a d’abord fallu retrouver une forme de « fraîcheur mentale », c’est-à-dire tirer un trait sur l’année passée et se remobiliser pour une nouvelle compétition » comme l’expliquait le préparateur Franck Blondeau au HuffPost[1]. Celui-ci estime ainsi le « bien-être mental » comme un atout primordial avant un grand événement. Soulignons que préparation mentale rime aussi avec apprendre à bien se connaître.

Pour un cadre ou cadre dirigeant, cette gestion mentale de l’évènement est également cruciale. Pour ne pas être dépassé par l’enjeu (une prise de parole en public, une réunion importante, un lancement…), la préparation est nécessaire. Sanctuariser du temps pour se préparer en amont, répéter ses fondamentaux, ne pas enchaîner avec un autre évènement avant ou après : il s’agit de mettre en place une stratégie, de faire un travail sur soi, d’identifier points forts et ses points faibles pour être prêt le jour J.

  1. Partager un projet d’équipe

L’adhésion à un collectif et à son projet a été un leitmotiv des déclarations qui ont ponctué ce mondial. Lucas Hernandez par exemple souligne l’importance de la cohésion : « On a un très grand groupe de personnes. On s’entend tous très bien. La vie de groupe est incroyable, et sur le terrain, ça se voit, tout est plus facile. Quand on est bien ensemble en dehors, tout se passe mieux. La vie du groupe, pour nous, c’est le plus important ».

Pour un dirigeant – comme pour un entraîneur – ce projet passe par une bonne communication. Pour mobiliser son équipe et la mettre en mouvement, celui-ci doit établir et donner un cap clair, revenir sur le contexte, la stratégie et expliquer le plan d’action. Cela permet de donner du sens et d’engager les collaborateurs. Enfin bien sûr, la cohérence entre le discours et les actes est primordiale et le leader doit veiller à toujours incarner son message. Dans l’entreprise comme en situation de compétition sportive, la communication est donc un pilier de la réussite du projet d’équipe.

  1. Une équipe aux profils complémentaires

« Le foot se joue à 11, ce n’est pas un hasard. Dans une équipe, il faut rechercher des rôles précis et définis, ainsi que des personnalités complémentaires. Il ne s’agit pas tant de recruter un « profil » que de créer une harmonie entre tous les postes et chaque tempérament »[2].  Ainsi une équipe est composé d’un gardien, généralement discrets ; d’attaquants, aux caractères forts et de défenseurs, souvent plus techniques… exemple flagrant : les diables rouges, parmi lesquels s’illustre un Hazard, joueur très technicien et dans la même équipe un Lukaku surnommé par certains le « déménageur de terrain ».

Pour une équipe sur le terrain ou pour une entreprise, la réussite repose sur un jeu d’équipe efficace : il n’est pas nécessaire d’avoir les meilleurs joueurs, il vaut mieux viser un groupe uni et soudé dans lequel chacun a sa place et sa tâche particulière et peut compter sur les autres.

  1. Rôles de managers et rôles de leaders

Parmi les membres de l’équipe, les rôles de managers et les rôles de leaders doivent être bien assumés. Les deux n’ont pas la même action au sein de l’équipe. Hugo Lloris par exemple, capitaine officiel de l’équipe de France, a un rôle de manager qui négocie les primes de ses coéquipiers. Cependant sur le terrain, c’est davantage Paul Pogba le leader qui encourage et porte l’équipe. De même, Cristiano Ronaldo s’était illustré par son comportement de leader en 2016 avec une autorité naturelle et un réel dynamisme : même blessé sur le banc de touche, il encourageait les joueurs et les a menés finalement à la victoire.

Ces logiques sont également transposables dans le monde de l’entreprise. Autre couple célèbre incarnant cette dichotomie manager/leader, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé. Le premier, visionnaire, créatif, incarnation de l’esprit de la marque ; tandis que le second était bien plus rationnel, s’occupant des aspects financiers et commerciaux. Ainsi, un manager ne doit pas toujours endosser le rôle de leader et inversement. La difficulté réside à définir clairement son rôle en fonction de ses qualités et de ses compétences.

  1. Une éthique

Culte de la performance, dépassement de soi, effort, rassemblement des hommes et des nations … des valeurs incarnées par le sport et revendiquées comme l’ADN de la plupart des équipes. Certaines cependant s’illustrent par un éthos particulier : c’est le cas des équipes d’Amérique du Sud où le sport est le ciment de l’identité nationale. Les joueurs ainsi – Luis Suarez le premier – ont dégagé pendant tout le mondial une ferveur unique et magique à voir.

L’éthique – et l’éthos – sont également un enjeu de l’entreprise. En effet, il est incontournable de construire son identité à travers une culture, des normes spécifiques et des valeurs auxquelles on se réfère. S’inspirer de celles du sport est tout indiqué : fondamentalement humanistes, elles sont facilement transposables et acceptables par tous.

  1. L’art du debriefing

Pour finir, c’est dans l’après que les leaders se révèlent, dans leur capacité à féliciter leurs équipes ou à manager l’erreur et à en faire un levier de gestion des hommes et de performance. Le debriefing en effet est un moment important, après un match comme après une grosse opération, comme l’a montré brillamment Didier Deschamps tout au long des 55 jours. Comprendre ce qui a fonctionné ou non pour ne pas commettre les mêmes erreurs et tirer parti du meilleur est ce qui conduira à la prochaine victoire !

Concernant nos Bleus, donnons-leur le pour le moment le temps de célébrer leur triomphe et profiter d’être Champions du Monde !

[1] https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/02/coupe-du-monde-2018-inspirez-vous-de-la-methode-de-preparation-mentale-des-bleus-pour-vos-echeances-importantes_a_23448829/

[2] https://www.huffingtonpost.fr/mickael-cabrol/management-entreprise-leadership-diriger-Culte football_b_9306798.html

Crédits image : https://www.sport.fr/football/la-france-est-championne-du-monde-534232.shtm